A L'ASSAUT DU CHATEAU

 

Grignan / A l’assaut du Château


Quatre mois après avoir visité en Bourgogne le château de Bussy Rabutin,

l’Avignon Bridge Chapter a confirmé son intérêt pour les belles bâtisses

en inscrivant au programme de sa sortie de novembre le château de Grignan.


Un édifice médiéval dont l'origine remonte au XIIème siècle

et qui a été construit sur un piton rocheux dominant le village de Grignan,

dans le sud du département, au cœur de la Drôme provençale.

Malgré la météo incertaine sept motos répondaient à l’invitation.

Parmi elles un Street Glide piloté par Julien,

le concessionnaire Harley Davidson de Rochefort-du-Gard.

Un premier Fat Bob, en skull transformation, dont Hervé se promettait de soigner le rodage.

Et un second Fat Bob, qui en plus de son stage 4,

présentait l’avantage de nous ramener Matthieu après des mois d’absence,

qui plus est cette fois ci accompagné de Yolène.

Pariant plus sur les éclaircies possibles que sur les menaces de pluie,

le groupe se lançait, après un petit déjeuner pris au Mazet (Les Angles–30),

dans le sillage de Charles, Road Captain du jour.


Celui-ci, trouvant le chemin trop court pour

rejoindre le piton drômois,

délayait l’itinéraire idéal dans une suite de petites routes

qui présentaient l’avantage de dévoiler des aspects

méconnus de notre région.

 

Un bon rythme permettait      

                                          au groupe de joindre le

                                         château vers 11h00, et de bénéficier ainsi

                                     du temps nécessaire pour s’inscrire

                                     dans la dernière visite libre des lieux.

Le château de Grignan fût transformé

en forteresse dès le XIIIème siècle

par la famille des Adhémar.


Puis c'est au XVIIème siècle que François Adhémar de Monteil

en fît une résidence luxueuse.

Réduit en ruines en 1793 il fût enfin reconstruit au

          début du XXème siècle

à l'identique par Madame Fontaine qui mit toute sa fortune

dans cet édifice

et en fit un haut lieu de l'histoire régionale.


Actuellement le château est la propriété

du conseil général de la Drôme.

D’un côté de ses terrasses et jardins

les bikers purent admirer toute la région.

Et de l’autre la cour d'honneur et la façade François 1er

qui sont de beaux exemples architecturaux de la Renaissance.


Le personnel sur place ne se priva pas d’administrer

aux incultes une courte mais  utile leçon d’histoire,

laquelle nous apprenait que

François Adhémar de Monteil, comte de Grignan,

qui fût nommé ensuite lieutenant général de Provence,

épousa en 1669 Françoise Marguerite de Sévigné,

fille de la Marquise de Sévigné.

La séparation de la mère et de la fille a valu la plus grande partie de la correspondance

de Madame de Sévigné, que tout le monde connait. Ou presque.

Ainsi instruit, midi sonnant au clocher du village,

le groupe oubliait soudain la galerie des Adhémar et l’aile des prélats

pour manifester un légitime intérêt pour la ripaille.

La table de l’Oustau n’étant plus très loin,

il acceptait une petite halte à la collégiale qui renferme

la tombe de Madame de Sévigné décédée à Grignan le 18 avril 1696,

puis pressait le pas rue Saint Louis dans l’idée de faire bombance.

L’entrée de l’Oustau est étroite mais la table généreuse.

En cette période de l’année, seule la salle supérieure est ouverte.

Notre venue en occupe une bonne partie,

ce qui vaudra à tous ceux qui se pointeront après nous d’arriver trop tard.

Les menus tiennent la route et l’addition,

Côtes du Rhône 2004 et dessert compris, est plus que raisonnable.

Le fondant truffé de brillants offert avec le café

a la forme d’une étoile et nous rappelle que Noël n’est plus très loin.

Pour le retour il est décidé encore d’allonger la sauce.

Là c’est Rodolphe qui s’y colle et calque sa route sur le rythme et les virelots de l’aller.

Après Vaison-La-Romaine, c’est direction Malaucène puis Bédoin par une petite route magique.

Puis, via Crillon-le-Brave et Le Barroux,

une arrivée sous quelques gouttes de pluie à La Roque d’Alric,

un pittoresque et minuscule village de 54 habitants,

accroché à un rocher qui toise les dentelles de Montmirail toutes proches

et lui donne des allures de crèche provençale.

 

Mais la pluie s’intensifie localement

alors qu’un écran de ciel bleu

semble protéger Beaumes-de-Venise

distant de quelques kilomètres seulement

et où il est prévu que le groupe se sépare.


 

 

 

 

Autant de raisons de ne pas s’arrêter

et de se promettre de revenir

arpenter le village

et découvrir son panorama

sur les Dentelles.

                                                                                                        

                                                                                                      Rodolphe

Avignon Bridge Chapter

Concession Harley Davidson Avignon

RN100 - Rond point de la Bégude

30650 Rochefort du Gard